Aller au contenu principal

Informations

Le nouveau coronavirus en quelques mots

Agent infectieux

Les coronavirus sont des agents infectieux qui viennent des animaux et sont connus depuis longtemps. Ils provoquent des maladies respiratoires aigües chez les êtres humains.

Epidémiologie

Le nouveau coronavirus, appelé SARS-CoV-2, est apparu en décembre 2019 en Chine. Il est en train de générer une épidémie mondiale car il est très contagieux et la population n’a pas encore d’immunité contre ce nouveau virus. Les cas en Chine deviennent rares alors qu’ils augmentent considérablement en Europe.

Transmission

Le nouveau coronavirus se transmet essentiellement en cas de contacts étroits et prolongés, c’est-à-dire si l’on se tient à moins de 2 mètres de distance d’une personne malade pendant au moins 15 minutes. Le virus se transmet par gouttelettes provenant d’une personne malade qui tousse ou éternue, ou laissées sur les surfaces que l’on touche un peu après. Il ne se transmet pas sans contact direct avec des postillons car il ne reste pas en suspension dans l’air.

Incubation

Le laps de temps entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes est généralement de cinq jours, jusqu’à 14 jours. Lorsqu’une personne est atteinte d’une infection virale des voies respiratoires (toux, fièvre), elle est probablement la plus contagieuse au moment où les symptômes sont les plus forts. Il est probable que l’on soit contagieux avant même l’apparition des symptômes.

Clinique

La maladie, appelée Covid-19, se manifeste le plus souvent sous forme d’un état grippal (fièvre ou toux) qui dure de quelques jours à 2 ou 3 semaines. La maladie est en général bénigne chez les gens jeunes et en bonne santé, en particulier les enfants, mais peut parfois être grave chez les gens âgés ou qui ont une maladie chronique. A l’heure actuelle, on estime que sa létalité est environ 10 fois supérieure à celle de la grippe saisonnière.

Populations à risque

Les personnes âgées de plus de 65 ans, les gens avec une maladie chronique comme le diabète, l’hypertension, ou une maladie cardiaque ou respiratoire sont plus à risque de faire une complication sévère qui peut aboutir à la mort. L’asthme allergique compensé n’est pas considéré comme un facteur de risque.

Les femmes enceintes ne font pas partie des groupes à risque mais le principe de précaution veut qu’elles suivent très strictement les mesures de prévention.

Enfants

Les enfants ont autant de risque d’être infectés par le nouveau coronavirus que les adultes. Ils ont cependant des symptômes (toux ou fièvre) plus légers que les adultes, voire pas de symptômes du tout, mais ils peuvent quand même transmettre le virus, même comme porteurs sains. C’est pour cette raison que nos autorités ont décidé la fermeture des écoles.

Diagnostic

Actuellement seuls les test moléculaires sur des frottis naso-pharyngées sont reconnus pour le diagnostic du COVID-19. D’autres tests commencent à faire leur apparition. Les tests sérologiques par exemple, permettent de détecter si l’organisme a produit des anticorps en réponse à l’infection. La sérologie peut être utile pour évaluer le degré d’immunité dans la population, pour décider de la suspension des mesures de quarantaine chez les personnes ayant déjà eu l’infection auparavant. Cependant, les performances de ces tests ne sont pour l’heure pas connues. Plusieurs études sont nécessaires avant que ces tests soient employés à grande échelle.

Traitement

Il n’y pas de traitement recommandé contre Covid-19. Deux études cliniques suggèrent que la chloroquine pourrait diminuer l’excrétion du virus par le nez, le risque de complications et de la durée d’hospitalisation. Des antiviraux comme le remdesivir ou lopinavir/ritonavir sont en cours d’investigation et les résultats devraient être disponibles bientôt. 

Prévention

Si l’on applique bien les recommandations d’hygiène officielles, le risque d’attraper le virus est fortement diminué. Il faut donc rester à plus de 2 mètres de toute personne, autant que possible aussi à domicile, et se laver les mains avant et après s’être touché le visage ou avoir touché des objets utilisés par beaucoup de gens. Il n’y a aucun autre moyen efficace que les mesures d’hygiène et de distance sociale (que ce soit des plantes ou des médicaments) pour se protéger.

Les personnes en bonne santé ne doivent pas porter de masque d’hygiène (ou masques chirurgicaux) en public. Ils ne protègent pas efficacement une personne saine contre l’infection car des postillons peuvent quand même se déposer sur le reste du visage et les mains qui touchent le masque. Porter un masque peut dès lors donner un faux sentiment de sécurité.

L’outil Coronacheck

Créé en mars 2020, Coronacheck est le fruit de l’étroite collaboration des experts de la Policlinique de Médecine Tropicale, Voyages et Vaccinations et des ingénieurs de l'équipe Informatique d’Unisanté. Grâce à leur longue expérience dans le développement d’algorithmes d’aide à la décision clinique, ces experts en maladies infectieuses, médecine générale, santé publique et informatique ont pu concevoir un outil digital de référence qui permet à la population et aux professionnel.les de la santé de recevoir en quelques clics des recommandations spécifiques à leur situation particulière et de les orienter.
L’algorithme de Coronacheck reprend les recommandations officielles de l'Office Fédéral de la Santé Publique, ainsi que la littérature scientifique et les connaissances médicales actuelles.

Unisanté, un centre pionnier en santé numérique

Coronacheck s’inscrit dans le développement d’algorithmes d’aide à la décision clinique et d’autres outils de santé digitale, où Unisanté fait figure de pionnier. Les travaux qu’Unisanté mène depuis 15 ans au niveau de la médecine de premier recours lui ont permis de développer des outils performants pour la prise en charge clinique, valorisant une médecine à la fois moderne et personnalisée.

La traduction en dix langues du site Coronacheck a été rendue possible grâce au travail bénévole d’étudiants en santé de l’association METIS et l’aide de médecins d’Unisanté et du CHUV.
 

La logique derrière coronacheck

Notre algorithme est une adaptation des recommandations officielles de l'Office Fédéral de la Santé Publique. La logique derrière notre outil peut être librement consultée en suivant ce lien.